Réflexes archaïques

Les réflexes archaïques 

Les réflexes archaïques sont des mouvements automatiques involontaires en réponse à des stimuli précis (stimulation sensorielle, changement de position). Chaque réflexe a un rôle spécifique dans le développement.

Participant à la maturation du système nerveux, le réflexe émerge, se développe, remplit sa fonction pour ensuite être progressivement intégré (non observable), laissant place à un mouvement volontaire et contrôlé.

Si un réflexe demeure actif, il peut représenter un obstacle ; des mécanismes de compensation se mettent en place et empêchent un mouvement volontaire et contrôlé. 

Les domaines d’application sont divers :

  • émotions (manque de confiance, anxiété, peurs…) 
  • cognitif (difficultés d’apprentissage : lecture, écriture, langage, concentration, agitation, accommodation,…) 
  • moteur et physique (coordination, équilibre, schéma corporel, sens, proprioception, …)

Le rôle de l’accompagnant en intégration des réflexes archaïques est d’évaluer le niveau d’intégration des réflexes pour ensuite tendre vers la maturation de ceux-ci via des mouvements spécifiques, le mouvement étant essentiel au développement du système nerveux central. L’intégration peut se faire au travers de jeux, de parcours, de touchers, de rythmes, de mouvements passifs ou actifs.

L’accompagnement se vit sur plusieurs semaines et s’enrichit d’une pratique à la maison pour ancrer les changements.

Il est important d’insister sur le caractère complémentaire de ce type d’approche. Elle ne remplace en aucun cas une thérapie langagière, psychologique ou (para)médicale, elle l’enrichit et pourrait accélérer son bienfait. 

Hélène de Jonghe, Psychomotricienne